33 règles pour améliorer la performance de Revit

transformation-escargot
Les performances de Revit sont liées à deux facteurs: la puissance de nos ordinateurs et nos pratiques de modélisation. Pour gérer le premier facteur, il suffit de respecter la configuration système minimale recommandée par Autodesk (processeur, mémoire RAM, carte graphique, etc). Pour gérer le deuxième facteur, il faut bien connaître le fonctionnement du logiciel, faute de quoi vous rencontrerez des problèmes de performances assez ennuyeux, qu’il s’agisse d’un chargement ou enregistrement extrêmement long ou bien d’une visualisation de maquette lente et saccadée. Cette connaissance pratique s’acquiert habituellement à travers une expérience longue et parfois douloureuse du logiciel. Mais on peut faire autrement. On peut se prémunir des mauvaises performances de Revit en suivant de « bonnes pratiques » et c’est ce que je vous propose dans cette article.
 
Avant toute chose, il faut souligner que les performances de Revit sont affectées par les caractéristiques suivantes d’une maquette numérique:
  • la géométrie complexe
  • les relations paramétriques multiples
  • les contraintes multiples
  • les vues de graphismes complexes
  • les fichiers liés
 
Ayant cela à l’esprit, voici une liste de règles tirées de mon expérience pour améliorer la performance de Revit:
 
  1. N’importez pas les fichiers DWG dans Revit. Lorsque vous travaillez avec des fonds de plans DWG, il est préférable de les lier plutôt que de les importer dans Revit. Cela gaspille moins de ressources informatiques et apporte plus de souplesse lorsque les plans DWG sont mis à jour.
  2. Limitez le nombre de fichiers DWG liés ou importés. Liez uniquement les fichiers DWG essentiels dans les vues où ils sont réellement nécessaires.
  3. Nettoyer les fichiers dwg dans AutoCAD avant de les utiliser en fond de plan dans Revit. Il faut limiter le fichier DWG au strict nécessaire afin d’optimiser les performances de Revit: supprimeZ les calques/éléments inutiles, retirer les textes, hachures, côtes, etc.
  4. N’affichez pas les fichiers DWG dans les vues d’élévation ou de coupes. Le fichier DWG s’affiche sous forme de lignes colinéaires dans l’élévation et entraîne une dégradation des performances.
  5. Lorsqu’un objet doit être placé à plusieurs endroits dans un projet, créez une famille au lieu de créer un objet in situ. Quand un objet in situ est copié, un nouvel objet est créé à chaque fois. Par conséquent et contrairement aux composants de familles, les informations de la première occurrence ne sont pas référencées, ce qui alourdit le projet et dégrade les performances de Revit.
  6. Simplifiez vos familles le plus possible. Qu’il s’agisse de représentation 2D, 3D ou de paramètres. Plus il y a de détails, plus Revit est lent. Par exemple, un panneau de clôture, modélisé tel que construit avec un composant garde-corps, nécessite des ressources considérables pour être visualisé. Si vous devez absolument détailler certaines familles, alors affichez-les uniquement dans les vues où elles sont nécessaires.
  7. Évitez au maximum d’utiliser les familles de site, en raison de leur complexité et du nombre de paramètres qui y sont intégrés. Faîte-le uniquement si vous faîtes confiance au site. Dans ce cas, pensez à supprimer tous les éléments inutiles (paramètres, détails, etc.).
  8. Limitez l’utilisation de familles paramétriques. Ces dernières demande à Revit plus de calculs sur la maquette que les familles statiques. Il s’agit alors de décider si la famille a besoin ou non de flexibilité au niveau de ses paramètres. Pour les familles paramétriques nécessaires, limitez les paramètres au strict minimum.
  9. Réduisez le nombres de familles qui coupent leurs hôtes au strict minimum car elles utilisent beaucoup de ressources informatiques lors de la régénération des vues. Plus généralement, diminuez le nombre d’insertions dans les éléments hôtes. Par exemple, un mur ayant trop de fenêtres, de portes, d’ouverture, sera très long à modifier.
  10. A l’intérieur des familles, supprimez les familles imbriquées non utilisées: elle gaspille la mémoire vive. Plus généralement,  plus les familles contiennent des éléments, plus leur modification est lente.
  11. Évitez d’utiliser les groupes. Lorsque cela est possible, utilisez des familles à la place des groupes. Bien que très intéressants, les groupes utilisent des ressources informatiques énormes notamment lorsqu’il s’agit de les mettre à jour.
  12. Supprimez les variantes dès qu’elles vous sont inutiles. Même si les variantes ne sont pas actives et visibles, elles sont toutes mises à jour lorsque des modifications sont effectuées dans le modèle principal.
  13. Modélisez en 3D le strict nécessaire, une version 2D d’une famille étant beaucoup plus légère que sa version 3D. Par exemple, un WC n’a pas forcément besoin d’être modélisé en 3D. Les représentations 2D en élévation et sur les plans d’étage sont souvent suffisantes. Cette pratique peut diminuer de manière substantielle la taille et les besoins en ressources informatiques d’une maquette. Il faut toujours se demander: « jusqu’où modéliser en 3D ». Encore un exemple avec le bardage: travaillez sur l’aspect graphique du matériaux (les textures) au lieu de modéliser les ondes en 3D. On ne voit pas (ou presque pas) la différence sur les vues 3D et les rendus tandis que la performance de Revit est nettement améliorée.
  14. Chargez uniquement les liens revit dont vous avez besoin. Lorsque vous travaillez dans une vue spécifique, déchargez temporairement tous les liens inutiles et rechargez-les selon vos besoins. Ainsi, cela permet à Revit d’être plus souple et réactif.
  15. Divisez le modèle en plusieurs fichiers de projets distincts et liez-les à un seul fichier central. Cela est d’autant plus crucial que le projet est volumineux.
  16. Limitez les géométries attachées au strict minimum. Elles ralentissent beaucoup Revit lors de la régénération des vues, c’est à dire lorsqu’on travaille sur la maquette en 2D ou en 3D.
  17. Purgez régulièrement les objets inutilisés, qu’ils s’agissent de familles, de groupes ou d’autres éléments de modèle. Cela gaspille la mémoire vive.
  18. Révisez et résolvez régulièrement les avertissements. Les ignorer peut amener à des ralentissements considérables de Revit. En effet, lorsque nous lançons une commande, par exemple la création d’un mur, Revit vérifie au préalable que cette dernière ne résoudra pas un des avertissements existants. S’il existe 100 avertissements dans la maquette, Revit les passera tous en revue (en arrière-plan) avant de créer le mur ce qui peut prendre une bonne dizaine de secondes. Imaginez 1000 avertissements, Revit pourrait prendre plus de 10 minutes pour exécuter une action.
  19. Limitez les murs qui s’étendent sur plusieurs niveaux car cela entraîne des relations entre niveaux qui ralentissent la mise à jour du modèle.
  20. Soyez vigilants lorsque vous utilisez les lignes de séparation de pièces.  Évitez qu’elles ne chevauchent les murs ou qu’elles ne coïncident pas entre elles:  cela cause des traitements additionnels pour le calcul des limites de la pièce.
  21. Supprimez les vues temporaires et inutilisées. En plus de rendre le projet désordonné, elles perturbent la performance de Revit.
  22. Cadrez la vue sur la zone de travail, sinon le reste du modèle, même s’il n’est pas vu de manière active, ralentira Revit. Plus la surface de dessin est grande, plus la sélection est longue et plus le dessins et les calculs sous-adjacents prennent du temps Il est ainsi recommandé de préparer des vues de travail adaptées en début de projet.
  23. Désactiver l’accrochage aux objets. Cela consomme beaucoup de ressources informatiques. Activez-le seulement si nécessaire.
  24. Définissez une vue de départ avec peu voire aucun éléments. Cela permet d’ouvrir le fichier plus rapidement.
  25. Réduisez au maximum vos plages de vues, notamment en élévation et en coupe de sorte que Revit limite ses calculs additionnels sur les géométries masquées. Voir exemple détaillé ci-dessous.
  26. Préférez les modes d’affichage « Image filaire » ou « Ombrage » lorsque vous travaillez dans un environnement de fichiers liés. Ce sont ceux qui consomment le moins de mémoire vive.
  27. Masquez les catégories d’éléments inutiles dans « Visibilité/Graphismes » plutôt que masquer individuellement une grande quantité d’éléments dans les vues. (raccourci: vv)
  28. Utilisez le zoom pour accélérer le dessin et l’accrochage.
  29. Réduisez au strict minimum le niveau de détails des vues. Toujours pareil, plus il y a de détails à l’écran, plus la régénération de la vue est lente.
  30. Désactivez les ombres dans les vues dans lesquelles elles sont inutiles. Cela limite les calculs additionnels que fait Revit à l’affichage des vues.
  31. Simplifiez les plans au maximum. Plus il y a d’éléments à traiter, plus Revit sera lent. (ex: détails, étiquettes, côtes, textes, etc)
  32. Préférez les images de format .png pour les logos et images de vos cartouches car il est très léger.
  33. Travaillez en image filaire dans les vues de travail et en lignes cachées dans les vues de présentation. Cette dernière pratique sous-entend la séparation des vues Revit en vues de travail et en vues de présentation (pour les feuilles). Ceci est recommandé pour rationaliser les workflow. Pour les vues de travail, le style image filaire permet de bénéficier des meilleures performances de Revit. Pour les vues de présentation, on utilise plutôt le style lignes cachées afin d’obtenir l’aspect souhaité pour les plans.
 

Exemple détaillé de la règle n°25

Contrôlez la délimitation de profondeur des vues pour empêcher Revit de traiter des informations supplémentaires inutiles (cela augmente le temps de tracé et la régénération de la vue). Cela concerne surtout les coupes et les élévations, rarement les vues en plan.
Quand Revit génère ou rafraîchit une vue, il fait une suppression complexe des lignes cachées (hidden line removal en anglais). Plus il y a d’éléments à traiter, plus Revit prend du temps à tracer la vue. Pour réduire les délais de traitements (liés surtout à la suppression des lignes cachées), il faut limiter au maximum le décalage de la délimitation éloignée pour n’afficher que ce qui est nécessaire.
 
Voyons cela sur l’exemple d’une coupe à l’intérieur d’un bâtiment de bureaux.
 
Avant
 before-view-clipping
 
Après
 after-view-clipping
 
Sans modification de la délimitation éloignée, Revit calcule également toute la géométrie au-delà du mur des sanitaires et qui n’est pas nécessaire pour la coupe.
Par ailleurs, il est bon de masquer toutes les catégories d’éléments que vous n’avez pas besoin de voir surtout pour les élévations où la délimitation éloignée comprend l’ensemble de la géométrie du bâtiment. Si vous ne le faîtes pas, Revit fera les calculs complexes de suppression des lignes cachées sur de la géométrie qui ne sera même pas visible sur la vue en question.
 
 
Avatar of Admin

Franck Spieser

LinkedIn 

4 Commentaires

  1. Avatar of Admin nathaniel4daniel38.soup.ioNo Gravatar dit : Répondre

    I like it when folks get together and share ideas. Great website, continue the good work!

  2. Avatar of Admin Elisha VandawalkerNo Gravatar dit : Répondre

    I don’t even know how I ended up here, but I thought this post was good.

  3. Avatar of Admin Ezequiel WartonNo Gravatar dit : Répondre

    Awesome post.

Laisser un commentaire